La Téléportation à portée de main…

10/07/2015 08:29

Introduction à l’impossible

« …tout se rejoint à travers le temps, ce qui revient à peu près à dire que rien ne change et que le temps lui-même n’est qu’une illusion… et puis voici les portes franchies… et l’espace et le grand soir qui tombe et la fuite et la liberté peut-être !… » (Rouletabille Chez les Bohémiens par Gaston Leroux, chapitre LVIII).

Le vieux mythe de la téléportation va-t-il devenir réalité ? Va-t-on pouvoir dans un proche avenir, laisser dans le garage notre ancienne voiture ? Et par delà, ignorer le  malfaisant  «Diable  Pétrole » qui contrôle le monde et son économie, au profit d’une technologie écologique autant que perpétuelle ?

Imaginez la possibilité de vous déplacer instantanément de « Paris à New York » pour la soirée et d’emprunter  l’une des très nombreuses Arches de commutations multiplex et qui seront mises dans les rues de nos villes, à disposition des gens comme le sont  les cabines téléphoniques. Pour aller diner en famille dans un grand restaurant américain par exemple au « Five Points »  sur le 31 Great Jones Street, et de retourner ensuite en une simple fraction de seconde chez vous comme si vous veniez de franchir sur le seuil de votre palier.

Cet impossible rêve émanant de la science fiction,  fut matérialisé dans la Célèbre série des années 60 créé par Gene Roddenberry « Star Trek » ou beaucoup plus tard dans « Star Gate » au cinéma ainsi qu’au petit écran.   

Les trous de ver

En l’imaginant possible ce thème pourrait être une formidable application et par le fait un  sésame pour voyager dans le temps car si un jour on trouve le moyen de maitriser cette technologie qui est rappelons le :  basée selon les lois Fondamentales « quantiques », chère aux astronomes physiciens, d’ailleurs, « Wikipedia » nous apprend à ce sujet que : c’est à partir des équations de la relativité générale, en 1935, dont Einstein et Rosen découvraient que les singularités de l'espace-temps formaient en réalité des puits gravitationnels de densité et de courbure d'espace-temps infinis.  Plus tard, cette image sera reprise pour illustrer la géométrie des trous noirs. Les trous de ver font partie de cette famille.
Le concept d’un trou de ver consiste à créer un tunnel entre la singularité du trou noir et celle du trou blanc. Un trou blanc aussi appelé fontaine blanche est la symétrie d’un trou noir. Au lieu d’aspirer toute matière, le trou blanc l’expulse. Il crée, comme son petit frère, une courbure de l’espace-temps et se trouve à un point différent de l’univers de notre trou noir. A noter que le trou de ver est un concept purement théorique : l'existence ou la formation physique d'un tel objet dans l'Univers est, à l'instar des trous blancs, considérée comme hautement spéculative.
Mais les physiciens sont en passe de trouver la particule qui leur manque pour étudier les trous de vers d’un peu plus près !

Ce serait, « rêvons un peu », également un moyen de voyager dans l’espace et à des distances inimaginables…

Les avancées actuelles sur la téléportation

Il est bien prématuré d’imaginer une application à l’échelle humaine  surtout avec les risques que comporteraient lors d’une téléportation, la mutation de nos gênes propre avec ceux d’un autre ou d’une autre, voir même avec une plante faisant partie de l’expérience. Comme le démontrait David Croneneberg en 1986 dans son remake de « la Mouche »  ou un scientifique travaillant sur la téléportation moléculaire, le biologiste Seth Brundle se prendra lui-même comme cobaye pour démontrer l'efficacité de son processus mais une mouche s'introduit dans l'appareil de téléportation. Dès lors, le scientifique entamera jour après jour sa mutation en un monstrueux insecte.     
Et même s’il était possible de l’envisager pour des humains, On aurait besoin d’une énergie phénoménale, il est impossible de connaître avec certitude la position d’une particule et il reste un inconvénient de taille à résoudre, « comment stocker les données humaines ? (les atomes constituants le corps humain.) Et surtout sur quels ou quels supports et par quel tour de passe, passe seront-ils restitués aux mêmes emplacements ? »

Toujours selon l’agence Science-Presse : « Depuis 1993 des chercheurs, dont le Québécois Gilles Brassard, de l’Université de Montréal, travaillent sur la téléportation quantique. En 1997, une équipe dirigée par le physicien autrichien Anton Zeilinger publiait dans Nature les résultats d’une première « téléportation quantique expérimentale » : rien de plus qu’une paire de photons les « particules » qui composent un rayon de lumière. En 2004, deux équipes indépendantes, aux États-Unis et en Autriche, annonçaient avoir téléporté des « états quantiques » d’un atome à l’autre : l’équivalent d’un transfert d’information, au terme duquel le second atome acquiert les propriétés du premier. »

Une autre équipe de chercheurs de l’Université des Sciences et Technologies de Chine, également constituée de chercheurs allemands a procédé avec succès a la téléportation quantique d’un système a 2 qubit. Ce procédé de communication quantique consiste à transférer d’un point a un autre l’état d’un système quantique (On nomme qubit (quantum + bit ; prononcé /kyoobit/), parfois écrit qubit, l'état quantique qui représente la plus petite unité de stockage d'information quantique. Une mémoire à qubits diffère significativement d'une mémoire classique)

De nombreux chercheurs œuvrent à la possibilité que l’on puisse dans un proche avenir, téléporter les informations d’un système complexe  mais dans l’immédiat il nous est impossible de mesurer avec précision et de copier l’état d’un système quelconque tel un être humain. Cependant pour contourner certains problèmes techniques, les scientifiques utilisent des systèmes auxiliaires. Il sera  alors possible grâce aux avancées scientifiques dans le domaine de la  nanotechnologie mais surtout holographiques de transférer  l’état quantique d’un photon vers une distance très éloignée. Mais la téléportation d’objets macroscopiques implique des milliards de milliards de milliards d’atomes, et celle-ci présente d’importantes difficultés techniques qui pourraient très bien n’être jamais résolues…

Légende ou réalité ?

Des on-dit dans les couloirs de la sécurité nationale ont laissés entendre que l’armée américaine possèderait le moyen de se déplacer par le biais de portes temporelles vers des lieux inconnus ? Et que de son coté la France utiliserait cette technologie depuis un bon moment  (1958.) Des  lieux de manœuvres se trouverait : l’un dans le sud de la France et l’autre du coté de Dieppe…         
Mais avec ce genre d’information il faut toujours rester prudents…

On ne s’explique pas non plus comment des gens aient pu se trouver en tant que spectateur d’un événement passé ? Fin août 1944, lors des combats de la libération de Paris, F.T.P et tireurs Allemands s’affrontaient dans le quartier du Marais. Tout d’un coup surgit du balcon d’un hôtel particulier, un personnage vêtu à la manière des gentilshommes de la fin du XVIIIe siècle. Au moment où il pousse l’exclamation « Vive Koblenz !», il s’écroule mortellement frappé par des balles perdues. On ne découvrira jamais, et pour cause, l’identité du personnage. Comme l’étrange histoire des Gascous dans l’Aude, juste avant le mont Bugarach, ou Jeannette B s’est retrouvée face à une ferme qui n’existait plus…ou l’écrivain A.C McKerracher qui entendis passer une légion romaine composée d’environ 4000 soldats à travers un champs tout proche de sa propriété à Dunblane en Ecosse…Et l’histoire de ces deux amis David et Yvan , partis à pied de Rennes-les-Bains pour aller au mont Bugarach en Aude et qui ce sont arrêté et accoudé contre le portail d’une ferme que jamais ils ne retrouvèrent sur le retour…          

Il existe de très nombreux  témoignages ou des gens de bonne foi qui disent s’être trouvés pendant un court instant dans un endroit qu’ils ne reconnaissaient pas ?
Selon toute vraisemblance ces lieux appartiendraient soit à une portion du temps ou bien à une autre dimension.

Se sont-ils trouvés à une interconnexion du temps ?

Si oui, ce phénomène est forcement d’ordre naturel mais alors quelle est la cause à effet qui déclencha ce processus ? 
    
Par ce qu’il faut bien l’admettre, aussi incroyable que cela puisse l’être, ces personnes se sont retrouvées en un point du temps qui n’était pas le leur !

Sont-ils des imposteurs, des fabulateurs ou bien des témoins ?

Moïse voyageur du temps inspire H.G Wells

« Ce n’est donc pas une mystification ? Dis-je. Vous parcourez bien les âges ?
- Oui, réellement et véritablement. »
(La machine à explorer le temps, H.G WELLS, chapitre XVI)

Il y a trente ans Jacques BERGIER, dans son remarquable ouvrage « Les Maîtres secrets du temps (1974)», citait d’après l’anthologie juive d’Edmond FLEG, un texte de la Haggada, recueil de la tradition juive qui remonterait au Ve siècle après J-C comme étant la toute première description du voyage dans le temps :

A l’heure où Moïse monta vers les hauteurs, il trouva le Saint béni soit-il, assis et occupé à nouer de petites couronnes (les signes et ornements) aux lettres de la Torah. « Roi du monde, s’écria-t-il, qui t’empêche de me donner les lettres sans les couronnes ? » − Dieu répondit : « Un homme se lèvera, après tant et tant de générations. Akiba ben Joseph sera son nom ; et sur chacun de ces petits traits, il amoncellera des interprétations nouvelles. » − « Roi du monde, dit Moïse, permets que je le voie. » − « Retourne toi et va. » − Moïse s’en alla et s’assit à la dernière des huit rangées, dans l’école d’Akiba : mais il ne comprenait point ce qui s’y disait et sa force devint faiblesse. Et comme Akiba traitait son sujet, voici que ses élèves lui dirent : « Rabbi, d’où tiens-tu cela ? » − Il répondit : « d’un enseignement que Moïse reçut au Sinaï. » Alors l’esprit de Moïse fut tranquillisé. Il revint devant le Saint, béni soit-il, et lui dit : « Roi du monde, tu possèdes un homme comme celui-là, et c’est par moi que tu veux donner ta Torah ? » − Et Dieu lui répondit : Tais-toi, car c’est ma volonté. » (Menachoth, 29 b.)

Le texte de la Haggada apporte la vision très précise d’un voyage dans le temps.

Et la seule description connue à ce jour fut celle d’Herbert George Wells lorsqu’il fit paraître en 1895,  La machine à explorer le temps. Certains pensent qu’il aurait pu lire une traduction de ce texte qui l’aurait largement inspiré pour écrire son ouvrage de science fiction. « Des bibliothèques de l’invisible renferment nombre d’ouvrages dans lesquels de brillants esprits, ont abondement puisés pour transmettre dans leurs récits de science fiction des messages liés à une connaissance dont nous n’avons pas la moindre idée de la porté qu’elle pourrait représenter  si l’homme était moins cupide !».

« L'érudit Serge Hutin nous rapporta quelque temps avant sa mort une série d'histoires extraordinaires sur les voyages transtemporels. Serge possédait dans ses archives  des récits de faits extraordinaires dont certains dataient des années 70. »

 


Guy Tarade et Christophe Villa-Mélé©

Image : http://fr.stargate.wikia.com/wiki/Porte_des_%C3%A9toiles

 

Bibliographie

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Trou_de_ver

http://www.sciencepresse.qc.ca/node/20200

http://asso.objectif-sciences.com/Teleportation-quantique-reussie.html

http://www.ufocom.org/pages/v_fr/m_news/quantum_teleportation.htm

Serge HUTIN et son Gentilhomme du Marais, Archives Alpha International, 1995.

Les maîtres secrets du temps, Jacques BERGIER, Editions J’ai Lu – collection l’aventure mystérieuse, Paris 1974. Chapitre 5 « Moïse et la voyage dans le temps » pages 57 et 58.