Le Chocolat et son Symbolisme

08/03/2015 09:50

Etymologie et symbolisme du mot chocolat

Le mot chocolat proviendrait du nahuatl xocolatl, « langue des dieux » Le nahuatl est la langue indigène la plus parlée au Mexique. En étymologie, Wikipedia nous apprends que le mot nahuatl originaire de la langue Maya, appartient au groupe nahua de la branche méridionale de la famille uto-aztèque  qui est une combinaison des mots xocolli (signifiant « acide ») et atl (qui veut dire « eau »)

Les Aztèques, furent les premiers à exploiter le cacaoyer qui avait de multiples usages: ses fèves étaient un tribut pour les populations, elles servaient de monnaie d’échange. Elles étaient placées et entreposées dans des dépôts spéciaux.

Selon leur système de calcul en base de 20, un tzontli comptait 20 x 20 fèves, 20 tzontle (20 x 20 x 20) donnaient un xiquipilli. 24000 fèves donnaient une carga.
Ils les offraient aussi à leurs dieux, à leurs morts ou comme dote à leur fiancé, s'en servaient comme médicament contre les morsures de serpents, pour soigner divers maux et pour augmenter le tonus sexuel.

Les Aztèques associaient le chocolat avec Xochiquetzal, « belle-fleur » la déesse de la fertilité et de l’amour. Elle était également la gardienne des artisans, des prostituées et des femmes enceintes. « Belle-fleur »  est une déesse Lunaire et solaire.

Les mayas l'associaient également à leur dieu de la fertilité. Cette divinité était toujours représentée d’un cortège composée de papillons et d'oiseaux.

Dans leur religion, les Mayas nommaient, « Ek Chuah » Dieu du cacao.           
Dans la culture Maya, les fèves (appelées cabosses) étaient également utilisées comme monnaie et  lors d’offrandes…

A San Juan Teotihuacan d'intéressantes fouilles furent effectuées près de la Pyramide de la Lune. Les reconstructions de ce que l'on suppose avoir été des appartements  sacerdotaux, ont été dénommées d'après le motif dominant leur décoration : Palacio de Quetzalpapalotl (moitié oiseau quetzal, moitié papillon).Patio de los Jaguares (Cour des Jaguars ).Templo de los caracoles Emplumados (Temples des escargots à Plumes). De nombreuses pièces archéologiques découvertes à Teotihuacan se trouvent aujourd'hui au Musée d'anthropologie de Mexico, notamment, toutes les céramiques du Palacio de Quetzalpapalotl. Rien ne nous interdit de penser ,que les cérémonies sacrées, du partage du cacao, avaient lieu dans une des pièces de ce monument.

Le chocolat trouva ses origines sur la presqu'île de Yucatan, l'un des états du Mexique, où les Mayas découvrirent le cacao vers l'an 600 et en firent l'une des bases de leur alimentation.

Les Mayas « Pipil » font de la culture du cacaoyer l'une des bases de leur alimentation, l'un des fondements de l'économie de cette civilisation. En particulier, Hunahpu, le troisième roi maya, inscrit dès le XIIème siècle la culture du coton et celle du cacao comme les deux sources principales du développement économique. Au-delà du fait d'être un aliment, la fève de cacao joue le rôle de l'étalon qui permet le négoce et l'échange au sein de la population ainsi qu'avec les peuples voisins.

Les archéologues ont retrouvé des vases en terre cuite et de nombreux réceptacles décoré à l’effigie du cacao et du Dieu du cacao, Ek Chuah.

Les derniers lieux de repos de défunts Mayas contiennent de nombreux restes de cacao.

Pour certains, ce serait les Espagnols qui inventèrent le mot chocolat en associant le terme chocol et en remplaçant le mot maya haa (signifiant eau) par le terme nahuatl.           

Pour d’autres, il apparait bien plus probable que les Aztèques (azteca)
« ceux d'Aztlan » soient à l’origine du mot.

Histoire et origine du Chocolat

Au XVIe siècle, Herman Cortés, le célèbre conquistador espagnol qui s’empara de l’empire Aztèque le 13 août 1521, découvrira que le « Xocolatl ou le «quachahuatl» », est une boisson, faite avec des fèves torréfiées, broyées et diluées dans de l’eau, laquelle était ensuite enrichie de vanille et d’autres épices Celle-ci était réservé aux nobles et aux guerriers et fut considérée comme  une boisson  divine par les Aztèques. A son retour en 1528 Cortes, rapportera au roi d'Espagne Charles Quint, roi de Castille des fèves de cacao. Fasciné par cette boisson mais ce dernier la jugea un peu trop amère et lui fit donc rajouter du sucre de canne. Le cacao devint une boisson extrêmement prisée par toute la noblesse européenne et l’aristocratie espagnole conservera le monopole du cacao pendant un siècle environ. Le chocolat fut également prescrit comme remède par les médecins de l’époque. Bien qu’en 1502 Christophe Colomb qui se trouvait au large du Honduras goutta une boisson chocolatée préparée par un autochtone de la région et trouva le breuvage amer et épicé Celui-ci remettra au navigateur un sac de fèves en échange de quelques verroteries mais ne prêta plus jamais intérêt à cette précieuse et encore mystérieuse denrée, passant ainsi à côté d'un vrai « trésor… »

Les fèves de cacao furent introduites en Europe et en Asie grâce à de la contrebande.  

Le chocolat à Paris

C’est à Paris (France) en 1659,  que le « chocolat » sera commercialisé pour la toute première fois

C’est Louis le grand, le roi Soleil (Louis XIV) qui fera remettre une lettre patente à David Chaillou afin de lui accorder pour une durée de 29 ans, l’exclusivité de fabriquer et de vendre ce chocolat sur tout le royaume c’est alors que David Chaillou ouvrit la première fabrique de chocolat à Paris. En Europe, le chocolat fut un des grands privilèges de la haute bourgeoisie, et entre 1646 et 1697 l’Allemagne, l’Angleterre et la  Suisse connurent le même engouement. Plus tardivement, c’est en  1720, de Florence à Venise  que  le chocolat sera accueilli avec enthousiasme,

Le mot « chocolat » apparaît dans le dictionnaire français  en 1680.

Et ça ne sera  qu’à partir du XXe siècle que le cacao fera partie de notre quotidien.

Le cacaoyer

Le cacaoyer aussi appelé cacao ou cacaotier, le cacaoyer (Theobroma cacao) est une espèce tropicale diploïde originaire du Mexique dont l'ancêtre, à 21 chromosomes, est domestiqué il y a environ 3 000 ans. C'est un arbre qui mesure de 10 à 15 mètres de haut, généralement taillé à 6 ou 8 mètres, cauliflore et à feuilles persistantes. Il fleurit à partir de 3 ans et donne fleurs, fruits et feuilles tout au long de l'année

www.zchocolat.com nous apprend que :

« Les premières tentatives de plantations sont entreprises dans les Caraïbes, sans succès, puis notamment en Équateur vers 1635 par les frères Capucins. La fin du XVIIe siècle voit les autres nations européennes à l’affût de territoires favorables à la culture du cacao, toujours dans les Caraïbes et en Amérique du Sud: Curaçao (Pays-Bas), Jamaïque (Grande-Bretagne), Martinique et Ste Lucie, République Dominicaine, Brésil, Guyane, Grenade (France). Au XIXe siècle, la demande de plus en plus importante en cacao introduit cette nouvelle culture sur le continent africain : Principe, Sao Tome, Fernando Po, Nigeria et Ghana. Plus tard, le Cameroun commence la culture du cacao avec sa colonisation (1925-1939).
Le cacao de Trinidad est introduit une première fois au Sri Lanka (Ceylan) en 1834, puis en 1880. Sa culture s’étend alors à Singapour, aux îles Fiji et Samoa, en Tanzanie, à Madagascar et à Java.

         
L’Europe consomme d’abord le chocolat sous forme de boisson. Peu à peu, les innovations liées au développement de l’industrie réduisent sensiblement les coûts de
production et voient apparaître le chocolat sous forme solide. Le chocolat devient alors accessible au plus grand nombre, et est, à la fin du XIXe siècle, un aliment de base pour la famille française.

De nos jours, le cacao occupe la troisième place après le sucre et le café dans le marché mondial des matières premières. Une distinction est faite entre le cacao ordinaire, qui représente 95% de la production mondiale et qui provient des variétés Forastero, et le cacao fin ou aromatique, qui provient des variétés Criollo ou Trinitario (5% de la production mondiale). La production principale de cacao se concentre en Afrique de l’Ouest et représente environ 70% de la production mondiale. Les principaux acteurs sont la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Nigeria et le Cameroun. En dehors de l’Afrique, les autres grands producteurs de cacao sont l’Indonésie, le Brésil, l’Équateur, la République Dominicaine et la Malaisie. »

Il faudra attendre le XIXe siècle pour que la tablette de chocolat soit développée en, grâce à Antoine Brutus Menier qui fonda en 1816, l’entreprise chocolatière qui porta son nom.

En 1819 François Louis Cailler, après avoir travaillé pendant 4 ans dans la fabrique de chocolat Caffarel à Turin. Conçoit et fait fabriquer une broyeuse qui broie le cacao et le sucre entre deux cylindres horizontaux tournant l’un vers l’autre.

Rodolf Lindt, crée, à la fin du XIXe siècle, le « conchage » ce procédé de traitement de la pâte de cacao consiste a la « pétrir » de manière longitudinale pendant  environ 70 heures afin de la chauffer par frottement pour l’homogénéiser et la débarrasser des goûts et odeurs âcres et acides que contiennent naturellement les fèves de cacao.

C'est en 1856, que l'on croquera le chocolat, auparavant servi en boisson. En 1875, après l'invention du lait en poudre par Henri Nestlé, qui s'associa avec Daniel Peter, un chocolatier suisse. Eurent  l'idée d'ajouter le cacao à du lait condensé, inventé par Henri Nestlé, sept ans plus tôt. Le chocolat au lait fera son apparition en 1875, suivi de son pendant solide dans les années 1880.

A cette époque les premiers bonbons de chocolat se trempent  encore avec les doigts, et ce ne sera qu’en 1920 que les « fourchettes à tremper » feront leur apparition, puis l’évolution  ira  jusqu’aux dispositifs qui permettent l’enrobage du chocolat.     
 

 

Guy Tarade et Christophe Villa-Mélé©

Illustration graphique «  Ek Chuah » par  Christophe Villa-Mélé

 

Webographie :

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Chocolat

http://www.foudechocolat.com/articles/le-chocolat-et-les-mayas%2Br7.html

http://www.choco-club.com/chochistoire2.html

http://www.chocolat-lescygnes.com/pdf/HISTOIRE_DU_CACAO.pdf

http://www.lepain.ch/chocolat/1_origine/2_mayas.html

CIRAD, www.cirad.fr

http://www.zchocolat.com/z33/chocolat/chocolat/production-cacao.asp

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cacaoyer

http://www.confiserie-ducret.ch/html/histoire.html

http://www.alimentation-france.com/alimentation/histoire/chocolat.html

http://www.swissworld.org/fr/population/portraits_de_chocolatiers/daniel_peter

http://www.lepain.ch/chocolat/2_histoire/4_industrie.html