Le sel et ses secrets

08/03/2015 10:11

"Vous êtes les sel de la terre"

Matthieu 5, 13,16

Le sermon sur la Montagne

 

Indispensable à la vie le sel a toujours été une denrée précieuse. Connu sous le terme chimique de chlorure de sodium, il maintient l’eau à dans notre organisme, l’intérieur de nos cellules.

Il existe deux sources principales de sel: le sel de mer (sel nativus) et le sel gemme (sel facticius), élément fossile provenant de l’évaporation des mers anciennes. Le sel fait parti de notre quotidien il permet de mettre en valeur nos plats cuisinés il est aujourd’hui une banalité pour le quotidien de tous. Il n’est donc pas un véniel aliment car  indispensable à la vie on le retrouve dans de nombreux mets. Depuis toujours, il a servi à la conservation poissons et des viandes. Comme on s'en doute   depuis des siècles, il a suscité un commerce universel. Le sel est une nécessité biologique et vitale…

Remontons le temps

Les premières formes d'exploitation du sel sont apparues au paléolithique. Il assurait l'équilibre minéral. Très tôt,  "les Saliens" du delta du Rhône surent l'exploiter et en firent le fruit d'un commerce fructueux, marqué par des échanges avec l'Orient. On retrouve encore actuellement en Provence et notamment dans les Alpes-Maritimes les routes et les sentiers empruntés par les caravaniers du sel. (Les routes du sel)   

L'histoire nous apprend que le  « Natron » (carbonate de sodium)  fut utilisé dans  la  dans l’ancienne Egypte pour les besoins de la momification.   
 

Des archéologues ont mis à jour à plus de 9m de profondeur dans les sources des dans la commune de  Moriez,  (Morierus) --- Alpes de Haute Provence--- des puits citerne constitués des structures  de bois enfoncées à la verticale accompagnées de reste d'un clayonnage. Elle était destinée à recueillir l'eau salée au milieu des alluvions. Les structures (baguettes de bois) devaient éviter le comblement de la source en contenant les alluvions. Plus tard, le sel marin ne tardera pas à être employé pour le salage ou le saumurage des poissons.

Les soldats et les officiers de Rome recevaient pour salaire (la regal),  c'est-à-dire une quantité de sel qui sera ultérieurement remplacée par une somme d'argent d'où l’étymologie du mot salaire.         
Lors de travaux côtier ou de grandes marées, des vestiges de fours à sel sont apparus sur la côte bretonne et morbihannaise.        

 La chine ancienne

Dans l'antique Chine, certains affirment, que l’ancestral usage du sel remonte à,
6 000 ans avant J.C. Dans la province du Shanxi, au  lac salé Yancheng qui s'étend sur 132 km2  le sel est extrait depuis des temps immémoriaux. De nombreux témoignages archéologiques, de l'exploitation de ce dernier, datent de 2 000 ans avant J.C. Les preuves en ont été fournies  dans les ruines de Zhongba situées dans la ville de Chongqing .Cette découverte a fait apparaitre que la salaison de poissons et de mammifères existait à cet endroit entre 2500 et 200 ans avant notre ère.  .

D’anciens documents, de l'Empire du Milieu, attestent que les prérogatives du sel et du fer furent l'essentiel des revenus de l'Etat. Ils restèrent importants pour ses finances jusqu'au 20ème siècle.

Tristes anecdotes

Il existait au Moyen-âge, des lois hollandaises qui  condamnaient les prisonniers   être enfermés avec une nourriture sans sel, ce qui les conduisaient à d'affreuses souffrances et à la mort.  

Au sein du royaume de France, de nombreuses taxes touchaient le sel : droits de transport, dîmes et droits seigneuriaux, ces taxes sous forme d’impôts étaient également perçues par les ecclésiastiques. A la suite de fraudes, il fut Instauré en Italie, à Florence et à Venise la « Taxa Boccara » ou impôt de bouche.  En Provence,   Charles d’Anjou, en 1255, naquit « l’Ecrit de la Gabelle ».     
La Gabelle fut  l'impôt le plus impopulaire de l'ancien régime : le sel ne pouvait être acheté qu'à des magasins d'état à un taux abusif. Il existait de profondes disparités entre les territoires : pays de grande et de petite gabelle, pays de salines, provinces exemptées…etc…           
L'impôt était récolté par la ferme générale, reformée par Sully, puis par Colbert.
La Gabelle était tellement mal vu, qu'il subsistait une contrebande conduite par des faux-Saulnier, et une police chargée de la répression, dont les agents étaient surnommés les Gabelous, ce terme familier désigna très longtemps  les douaniers de nos jours, l'abolition des frontières a fait disparaître ce péjoratif.

La Gabelle fut abolie par la Révolution Française sur les conseils de Necker.

La magie du sel

Nous connaissons tous les superstitions attachées au sel. Renverser une salière porterait malheur. Pour conjurer le sort, il faut en jeter trois pincées derrière son épaule gauche…

Craignant les sorts, beaucoup de personnes protègent encore leur demeure avec des petits sacs de sel, répartis dans différentes pièces. Ces coutumes, jugées parfois naïves ou crédules, sont peut-être la survivance d'un savoir ancien dont nous avons perdu le souvenir. Souvenons nous que de nombreux temples qui firent la gloire de l'ancienne Egypte ont été édifiés à la verticale d'importants dépôts de sel gemme;. Cette situation s'avère aujourd'hui catastrophique. En effet, le Nil qui s'est creusé un second lit, en s'infiltrant sous le Haut Barrage d'Assouan, voit ses eaux remonter par pérennité en surface. Les terres deviennent stériles totalement brûlées et ne produisent plus. Nous avons vu à 602 kilomètres d'Assouan, les murs du temple de Kom-Ombo, infiltrés par les eaux du fleuve ruisselant de sel. Louqsor, Karnak et la vallée des Rois sont menacés, peut-être condamnés avant un demi- siècle !  

Notre ami Robert Charroux affirmait  que le chlorure de sodium vibrait comme le quartz. Cette propriété lui faisait capter les pulsations de la planète. Curieusement, en Autriche, au cours des siècles, le sous-sol de la vallée de l'Inn a été percé, foré, taraudé, dans le but d'extraire le précieux sel aux pouvoirs multiples. Hall et Salzbourg  doivent leur toponymie au sel. Les superbes édifices religieux qui foisonnent au Tyrol ont été eux aussi édifiés sur des sites dont le sous-sol regorge de sel gemme !

Le sel et la vengeance des hommes

Dans sa Lettre à Henri Second, Nostradamus écrivait :

«  Et ne seront de leurs assaillemens vains, et au lieu que jadis fut l’habitation  d’Abraham  sera assaillie par personnes qui auront en vénération  les jovialistes, et icelle cité d’ACHEM sera environnée et assaillie  de toutes parts en très grandes puissances de gens d’armes. »

Achem se nomme également Sichem. Autrefois, c’était un petit puits, où Abraham conduisait ses brebis se désaltérer. Maintenant, cette ville porte un autre nom  qui résonne fortement aux oreilles de ceux qui suivent, avec une attention compréhensible, les événements qui se déroulent sur la terre d’Israël. Il s’agit de NAPLOUSE, la capitale arabe de la Cisjordanie, l’ancienne capitale de la Palestine, qui au cours des siècles a connu de véritables scènes d’horreurs et de désolations. A maintes reprises la ville fut prise et reprise par de multiples assaillants. Ces derniers maudirent cette cité, et pour en interdire l'accès aux hommes, ils répandirent dans les champs cultivables qui l'environnent d'énormes quantités de sel, stérilisant ainsi les terres fertiles. Comme les langues d'Ésope, le sel peut être la meilleure et la pire des choses !

 

Guy Tarade et Christophe Villa-Mélé©
Illustration par Christophe Villa-Mélé

 

 

 

Bibliographie :

Le sel en Egypte : Les Dossiers Noirs de la Pollution--Guy Tarade--Editions Robert Laffont.

Le sel en Autriche : Les Derniers Gardiens du Graal--Guy Tarade--Editions Dervy

 

 

Webographie :

http://www.canalacademie.com/Le-sel-un-aliment-indispensable-De.html

http://dagr.univtlse2.fr/sdx/dagr/feuilleter.xsp?tome=4&partie=2&numPage=205&nomEntree=SAL&vue=texte

http://culture.blog.mongenie.com

http://www.chine-informations.com/guide/chine-histoire-du-sel_3056.html

http://pagesperso-orange.fr/echel/essai_presentation/histoire_du_sel.html